Kitchen Litho workshop à l’ÉSAL d’Épinal, École Supérieure d’Art de Lorraine

Catégorie : NEWS, SCHOOL, WORKSHOPS · Pas de commentaires · par 21 décembre 2018

🌐 This article in other language

 

L’ÉSAL d’Épinal prépare les étudiants au diplôme national supérieur DNA Design d’expression, mention image & narration. Pour la petite histoire, c’est une retour aux sources car j’y ai fait mes études il y a bien longtemps maintenant et la Kitchen Litho n’existait pas encore 😉 . L’école se situe dans le quartier historique de la ville, dans une petite rue constituée d’anciennes maisons bourgeoises. Voici quelques images (non exhaustives) de l’école, avec entre autre l’atelier de gravure et de sérigraphie.

Merci à Grégoir Dubuis et à toute l’équipe de l’école pour leur accueil et leur soutien.

Site web ÉSAL Épinal http://www.esae.fr/

 

KITCHEN LITHO WORKSHOP

Intervenante : Émilie Aizier (artiste et inventeure de la Kitchen Litho sur feuille, plaque alu et pierre. Gérante de la maison d’édition Atelier Kitchen Print)


 

Les étudiants se sont essayés à la technique de la Kitchen Litho durant deux journées en cette fin de mois de décembre 2018. Un grand bravo aux étudiants, bien que simplifiée dans sa version « Kitchen », la technique n’en est pas pour autant facile et nécessite un temps d’apprentissage. Notons que les étudiants ont tout imprimé à la cuillère.

La surprise est au rendez-vous pour les jeunes artistes, de constater qu’avec si peu de moyens il est possible d’imprimer ses lithographies et même de réaliser sa petite édition d’art. Ensuite, avec le temps on peut rapidement passer à la plaque aluminium pour des dessins plus poussés et des formats un peu plus grands (C.F. manuel Kitchen Litho Suite). Ce mode de dessin en direct sur la plaque sollicite beaucoup l’attention, la motivation et la main de l’artiste. Pour des étudiants, cela est formateur et constitue une approche artisanale de la fabrication d’une estampe. La lithographie, si elle était partie, revient dans les écoles d’art du monde entier avec un nouveau procédé rendu plus accessible que jamais: la Kitchen Litho !

Infos sur le procédé et son inventeure.



Retour sur Atelier Kitchen Print à Maker Faire Paris 2018, Cité des sciences !

Catégorie : EXHIBITIONS, NEWS · Pas de commentaires · par 14 décembre 2018

🌐 This article in other language

Le salon s’est déroulé du 23 au 25 novembre 2018, sur trois journées pleines de découvertes humaines, technologiques, scientifiques mais aussi artistiques. Voici quelques unes des photos prises entre deux coups de rouleaux à la Cité des sciences et de l’industrie de Paris.

Vendredi matin a démarré très fort. Nous avons accueilli à notre stand un déferlement de classes venant de tous les quartiers de la région parisienne. L’écoute, le plaisir et l’émerveillement a été réciproque, c’était un très bon moment de partage. Merci à Phil pour son aide à cette occasion sur le stand.
Ce même jour, nous avons eu l’honneur de rencontrer l’américain Caleb Kraft qui est rédacteur en chef du magazine Make:. Il m’a remis en toute simplicité le fanion bleu « Maker of merite » (créateur de mérite) pour mon invention de la Kitchen lithographie.

 

 

 

DES ÉDITIONS SUR LE POUCE !

L’atelier a accueilli les visiteurs mais aussi les artistes Sarah B. Polly, Luce Berthoz et Mathilde Soussi. Invitées par l’atelier, elles sont venues au stand afin de voir leur dessin imprimé et édité en Kitchen lithographie. Un grand bravo pour leurs créations faites in situ sur feuilles d’aluminium. N’ayant pu amener de presse, j’ai tout imprimé à la cuillère. Si vous souhaitez acquérir une de ces œuvres auprès des artistes, n’hésitez pas à me contacter à emilie.aizier@gmail.com et je vous mettrai en relations avec elles. Sinon, vous pouvez commander un exemplaire auprès de l’Atelier Kitchen Print sur ce lien.

 

 

  • Luce BERTHOZ, « Raisin italien ».

Les dessins de Luce Berthoz ne donnent pas directement tout leur sens au spectateur. L’artiste plasticienne cherche à représenter le réel autrement, à le dessiner sur un plan intermédiaire. Luce propose aussi une vision de la société critique et subtile à la fois.

 

 

 

  • Mathilde SOUSSI, « J’attends le printemps ».

L’affection que l’on éprouve pour la nature est au rendez-vous dans cette image. Avec ses cycles et ses saisons, le froid arrive actuellement. Et en lisant le titre de l’œuvre, on aime à s’identifier à cet ours hibernant de l’artiste-illustratrice Mathilde Soussi.

 

 

  • Sarah B. Polly

Artiste illustratrice et plasticienne d’origine pictavienne (Poitiers!), Sarah B. Polly nous présente une réunion insolite de créatures marines.

Retrouvez ces estampes en vente ICI.

Pour finir Merci également aux visiteurs venus, revenus, re-revenus (…) nous voir quand nous sommes de passage à Paris.



Exposition « Gravure en clair-obscur » à Paris, au Louvre jusqu’au 14 janvier 2019

Catégorie : NEWS · Pas de commentaires · par 6 décembre 2018

🌐 This article in other language

Voici quelques images de l’exposition « Gravure en clair-obscur. Cranach, Raphaël, Rubens… », à voir en vrai si possible, jusqu’au 14 janvier 2019.

 

C’était une belle surprise que de découvrir au début de l’exposition la contribution de Maxime Préaud, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France. (Pour rappel, il a fait les préfaces des manuels de Kitchen Litho 😉 ). Artiste et pédagogue, il présente aux visiteurs les procédés de la gravure en couleurs avec ses propres estampes et matrices exposées en vitrines.

 

J’ai adoré (c’est le cas de le dire) cette estampe de Lucas Cranach l’Ancien sur papier teinté en bleu. Avec une planche de trait en noir et une autre en or, il amène un bel effet de clair-obscur.

Lucas Cranach L’Ancien. « Saint Georges et le dragon », 1507.

 

La plupart des gravures exposées présentent des planches de traits gravées sur bois qui ressemblent bien souvent à des burins (gravure en creux sur métal). On découvre cependant les toutes premières expérimentations de Domenico Beccafumi et de Jan Saenredam qui réunissent à profit le burin pour la planche de trait et la gravure sur bois pour la planche de teinte (l’aquatinte n’existait pas encore à l’époque). Les cartels de l’exposition nous font remarquer l’aspect expérimental et absolument novateur de leurs démarches.


 

Informations #expoClairObscur Louvre ICI