Exposition “Posada, génie de la gravure” au Musée de l’Image à Épinal jusqu’au 18 septembre 2022

Category : NEWS

🌐 Este articulo en otro idioma

Une très belle exposition de l’artiste imagier Méxicain, José Guadalupe Posada (1852-1913), est à découvrir au Musée de l’Image à Épinal jusqu’au 18 septembre.

J’ai eu la chance de rencontrer Laetitia Bianchi, la commissaire scientifique de l’exposition Posada, génie de la gravure. Après sa conférence sur le thème de la postérité de Posada, elle nous a dédicacé son livre sur Posada paru à l’Association.

Le style de José Guadalupe Posada était novateur et plaisait au grand public avec ses dessins virtuoses plein de vie. Posada n’était pas l’inventeur des «calaveras» mais il en a renouvelé le genre en rendant ses squelettes sympathiques et souriants.

La plupart des images présentées à l’exposition sont des gravures au burin sur plomb imprimées en relief (en mode typographique). Antonio Vanegas Arroyo était son principal éditeur, il se définissait comme un «éditeur populaire». Ce que j’ai beaucoup aimé est que l’imprimerie de Vanegas Arroyo était volontairement pourvue de presses typographiques anciennes (tandis que les autres imprimeries de l’époque utilisaient du matériel de dernière génération avec des procédés élaborés photomécaniques). Pour la couleur, il y avait souvent une ou deux plaques maximum, une noire, une autre en couleur. Le pochoir était aussi parfois utilisé et il était réalisé à la main. C’était les mêmes techniques que l’imagerie populaire en Europe. Les feuilles volantes et les livrets édités par Vanegas Arroyo (des manuels, des contes, des actualités, des modèles de lettres d’amour…) étaient vendus par colportage, des «papeleros» vendaient des pages à la criée. Les livrets (cuadernillos) étaient composés de cinq feuilles pliées et emboîtées les unes dans les autres.

J’ai beaucoup aimé ce texte ci-dessous que je partage avec vous car il est dédié aux imprimeurs, à la presse et aux lecteurs… L’image quant à elle fait partie de la tradition des «calaveras» où des figurines à tête de mort s’animent sur un ton burlesque.

Extrait de “La calavera del editor popular Antonio Vanegas Arroyo” vers 1910.

Mon corps sera bientôt carcasse
Entre les squelettes d’ici-bas
Et tout le monde m’oubliera

Car cette fois, ça y est !
La faucheuse pointe son nez. (…)

Adieu, mes ouvriers typographes
Qui ne faisiez aucune coquille !
Adieu, graveur si malin
Spécialiste des calaveras !

Adieu, chers artisans,
Indépendants ou salariés,
À qui j’ai fourni bon an mal an
du travail en quantité !

Adieu, vendeurs de journaux
Que je tenais en si grande estime.
Adieu, mes chers consommateurs,
C’est moi cette fois qui me consume…

Extrait de “La calavera del editor popular Antonio Vanegas Arroyo” vers 1910.


Une visite de cette exposition s’impose donc agréablement durant votre séjour à Épinal… À faire avant ou après votre venue à l’Atelier Kitchen Print bien sûr ! 😉

Courrez-y ! Informations Musée de l’Image à Épinal. https://museedelimage.fr

Dossier de presse https://museedelimage.fr/telechargement/presse/MIE_dossier_presse_posada.pdf

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam
@