Exposition « L’Art S’emporte » à la médiathèque – artothèque de la Ville de Poitiers

Catégorie : NEWS, SCHOOL, WORKSHOPS · Pas de commentaires · par 11 juin 2015

drapeaux This article in other language (Google translate)

unnamedL’ART S’EMPORTE

Je vous propose dans le diaporama ci-dessous une courte visite de l’exposition « L’Art S’emporte » présentant une partie des dernières œuvres acquises par l’artothèque siégeant à la médiathèque François Mitterand de la Ville de Poitiers. Des livres de bibliophilie, des estampes (lithographies, gravures, sérigraphies…) et des photographies composent cette exposition. Dans le cadre de cet événement, on m’a invitée à animer un atelier faisant découvrir la Kitchen lithographie aux enfants.

Exposition à la Médiathèque François Mitterand à Poitiers. Horaires d’ouverture de la médiathèque, entrée libre et gratuite. Jusqu’au 4 juillet 2015. Renseignements www.bm-poitiers.fr

 

 

 

KITCHEN LITHOGRAPHIE AVEC LES ENFANTS
À LA MÉDIATHÈQUE – ARTOTHÈQUE DE POITIERS

Des lithographies entrent chaque année dans les acquisitions de l’artothèque de la Ville de Poitiers. Rien de tel qu’un atelier pour éclairer son regard sur l’estampe et pour imprimer ses propres images.

Un groupe de neuf enfants s’est essayé durant deux heures à la Kitchen Lithographie. Rapide et non toxique, cette technique innovante repose sur le même principe chimique s’appliquant à la lithographie sur pierre et sur métal. La lithographie a été inventée par Aloïs Senefelder vers 1796. C’est le phénomène de la répulsion entre l’eau et la graisse qui permet d’imprimer plusieurs fois la même image. On apprend que le dessin n’est pas gravé mais fixé en surface de la matrice grâce à l’action de l’acide. On humidifie la matrice à l’éponge pour pouvoir l’encrer avec un rouleau chargé d’encre grasse. C’est à la fin la pression de la presse qui va permettre le transfert de l’encre sur le papier.

Dans le cadre de cette intervention en Kitchen Litho, les enfants ont dessiné sur une feuille d’aluminium (la matrice) qui a été ensuite acidulée au cola (acide). Ils ont imprimé leur création en deux exemplaires sur papier chiffon à l’aide d’une presse à taille-douce. Après des rehauts à l’aquarelle, les jeunes artistes-imprimeurs en herbe ont numéroté et signé leurs épreuves.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam