« Demo war » de Kitchen Litho en Indonésie

Catégorie : NEWS · Pas de commentaires · par 3 décembre 2013

Découverte d’Adi Sundoro alias Asun,  jeune artiste indonésien

Asun est étudiant à Jakarta en Indonésie. Avec beaucoup de gentillesse, il a répondu à mes questions suite aux photos qu’il m’a envoyées. On le voit faire des démonstrations de Kitchen Litho face au public de l’expo Jogja Mini Prints à Jakarta. Merci Asun et mille bravos aussi!

ASUN-Kitchen-Litho


Kitchen Litho à l’école des Beaux-arts de Poitiers – Article 2/2

Catégorie : NEWS, SCHOOL, WORKSHOPS · Pas de commentaires · par 30 novembre 2013

Proposé par l’atelier Gravure-Édition de L’École des Beaux-arts de la VIlle de Poitiers
Stage du 21 au 23 novembre 2013 conduit par Émilie Aizier et Bernard Delaunay enseignant de l’atelier Gravure.

Kitchen Litho Poitiers

(Cliquez pour agrandir les images)

Le thème commun du portrait a été proposé par Bernard. Il est vrai que commencer à créer avec une technique absolument inconnue est une expérience particulièrement intéressante mais difficile mine de rien. La plupart des stagiaires étaient déjà graveurs, quelques uns ne connaissaient pas du tout la gravure. La technique de la Kitchen Litho a permis en partie de mettre de côté les techniques bien connues de chacun pour laisser place à la découverte d’une nouvelle manière de faire des images, même si les graveurs étaient quand même avantagés, il faut l’avouer ! 😉

La Kitchen Litho est une technique d’impression planographique sur métal (feuille d’aluminium) basée sur la répulsion entre la graisse et l’eau, comme la technique de la lithographie (ou encore la zincographie, l’offset…). Les puristes aiment à rappeler que la Kitchen Litho n’est pas de la lithographie mais de  l’Alugraphie. Ils ont raison mais hélas le mot « Alugraphie » n’évoque pas grand chose pour le commun des mortels alors que « lithographie » a davantage de chance d’évoquer une technique d’impression d’art. Le principe d’impression étant le même, j’aime à parler de lithographie sur aluminium, même si étymologiquement ça peut paraître incongru (du grec « lithos » signifiant « pierre »). Il s’agit aussi dans mon esprit de laisser la part belle au nom « lithographie » choisi par son inventeur même Aloys Senefelder vers 1796.

Partie2-Poitiers

Bernard prépare les couleurs pour ses élèves. Formé aux fameux ateliers Leblanc et Lacourière, il me précise que déjà à l’époque ils utilisaient du papier sulfurisé pour conserver les encres durant quelques mois.

Après examen du matériel, je fais remarquer que le papier d’aluminium alvéolé ne fonctionne pas et que celui de 11 microns n’est pas mal mais un peu fragile pour débuter (car faible en épaisseur)… Bernard, toujours aux petits soins pour ses élèves, est allé au supermarché du coin pour nous apporter des feuilles d’aluminium épaisses de 18 microns, merci beaucoup à lui ! Le cola de Noël est aussi arrivé sur la table pour aciduler les dessins et peintures. Comme à chaque fois je ne manque pas également de goûter la cuvée, un verre ça va… Génial ! Je vois des marbres en verre bien plans, bien durs et bien propres… Comme pour la gravure, c’est le matériel idéal pour la Kitchen Litho.

3 jours c’est court. Pour aller plus vite les aluminiums n’ont pas été scotchés sur le plastique. Avec la pratique on peut éviter les plis en le marouflant avec un peu de gomme arabique.

Atelier Kitchen Litho Poitiers

Les stagiaires ont procédés à des recherches de couleurs pour leur portrait. La décomposition d’un dessin en couleurs est une étape difficile et la préparation d’une maquette préalable est bien utile voire incontournable. La technique est nouvelle et ouvre de nouveaux horizons. Il est quasi impossible en si peu de temps de réaliser des œuvres abouties, d’autant plus en plusieurs couleurs. Ainsi je tiens à féliciter les stagiaires pour leurs réalisations de qualité. Maintenant qu’ils ont appris quelques rudiments, ils vont pouvoir commencer à s’approprier la technique pour créer plus librement.

Je remercie Bernard Delaunay mais aussi les 8 stagiaires qui étaient formidables avec leur attention, leur bonne humeur et leur talent. La Kitchen Litho est une technique accessible à tous (notamment les peintres-graveurs). Bien que « Kitchen » et simple, la technique n’en est pas moins de la lithographie. Elle demande une concentration de tous les instants. Les stagiaires m’ont avoué rapidement leur compréhension du nombre limité de places à un tel workshop. Bernard Delaunay initie les autres élèves qui n’ont pas pu venir à ce stage faute de place. Pour la première fois on aura jamais autant parlé de lithographie dans un atelier de gravure !

 

Exposition à la petite galerie de l'école d'Arts-plastiques, Beaux-arts de la Ville de Poitiers.

Exposition des travaux des élèves à la petite galerie des Beaux-Arts, École d’Arts-Plastiques de la Ville de Poitiers.


Kitchen Litho à l’école des Beaux-arts de Poitiers – Article 1/2

Catégorie : NEWS, SCHOOL, WORKSHOPS · Pas de commentaires · par 29 octobre 2013

Proposé par l’atelier Gravure-Édition de L’École municipale des Beaux-arts de Poitiers
Le stage du 21 au 23 novembre 2013 est conduit par Émilie Aizier et Bernard Delaunay enseignant de l’atelier Gravure.

J’ai rencontré il y a un an l’artiste graveur et enseignant Bernard Delaunay à l’atelier Gravure de l’École des Beaux-arts de Poitiers. Une rencontre et un accueil formidable de sa part contre toute attente car je venais à l’improviste avec mon invention et mon manuel qu’il ne connaissait pas. Venant de la gravure classique, il fait preuve d’une ouverture d’esprit remarquable et d’une passion sans faille pour l’estampe. Bernard m’a immédiatement invité avec beaucoup de gentillesse à faire découvrir la lithographie « mode Kitchen » à ses élèves. Merci Bernard !